Accueil Culture Des oeuvres à tomber par terre!Lire la suite

Des oeuvres à tomber par terre!

 

A pied d’œuvres ; Enfin les œuvres descendent de leur piédestal. Celle de Carl ANDRE s’est incrustée au sol, presque fossilisée dans le parquet de la Monnaie de Paris. Celle GIACOMETTI est échouée, étranglée, éventrée, mi femme mi coléoptère. Marcel du CHAMP qui en avait marre de son porte manteau l’a tout simplement mis à terre, tel un toréador il a affronté la bête gisant au sol et dont il ne reste plus qu’une carcasse. Orlan par ses mesures… Rage en traçant à la craie son passage sur les trottoirs bétonnés, elle se frotte au bitume, défie l’espace urbain armée de sa robe blanche.

James Lee BYARS dématérialise le corps, le plaque par terre, le rend insaisissable, mouvant, multiple, symbolisé par plusieurs petites boules rouges lumineuses. Le corps n’est plus, il n’en reste plus que l’essentiel, sa représentation la plus noble : la sphère « la sphère interroge tout, critique tout, est tout » James Lee Byars.

Le Germanopolitan a observé l’oeuvre de Michel BLAZY, une sculpture faite à partir de rouleaux de papiers rose molletonnés. Des petits papiers entassés les uns contre les autres tels une minuscule armée en proie aux éléments, qui se meut au moindre coup de vent.

A pied d’œuvre, une mise à plat nécessaire, minimaliste, un retour aux sources, une idée originale de Bernard Blistène directeur du Musée National d’art moderne.

Le conseil du Germanoplitan :

 Attention cette exposition peut vous faire perdre l’équilibre, ne trébuchez surtout pas sur les œuvres !

Monnaie de Paris: 11, quai de Conti, 75006/ Tous les jours de 11h à 19h.

Tarif plein : 10 €

Tarif réduit : 8€

Nocturnes étudiantes tous les jeudis : entrée gratuite pour les étudiants à partir de 19h.

Tel : 01 40 46 56 66

 

 

 

 

FacebookTwitterGoogle+Pinterest

Commentaires Facebook

ARTICLES DE LA MEME CATEGORIE

Espace de discussion: Vos commentaires

Laisser une réponse