Accueil Figures du quartier Benoit de SinetyLire la suite

Benoit de Sinety

2342

 

BENOIT de SINETY 

Trait de caractère principal:  Altruiste

Métier: Ancien prêtre de l’église de Saint Germain des prés, aujourd’hui vicaire général de l’archidiocèse de Paris.

« On ne peut pas vivre que d’argent et de culture. »

Le prêtre Benoît de Sinety a donné rendez-vous au Germanopolitan dans son bureau au premier étage de l’église, face aux deux magots, une rencontre sous le signe de la tolérance, du partage, de la lumière. 

Pourriez –vous nous raconter l’histoire tumultueuse de l’église Saint-Germain ?

L’histoire de l’église commence au 6 eme siècle lorsque Childeber 1er fils de Clovis demande au moine Germain de construire une abbaye, elle a alors deux vocations : servir à garder deux reliques de deux objets précieux: un morceau de la croix du Christ et la tunique de Saint Vincent que Childeber a récupéré en Espagne pendant la guerre.

A l’époque les reliques étaient très importantes elles assuraient la notorieté du lieu et il fallait les conserver dans un endroit adapté, neuf. Childeber fait alors construire cette eglise sur la forme bysantine comme en témoignent les moisaiques dorées et coupoles.

La deuxième fonction de l’abbaye était funéraire : Le roi souhaitait en faire son mausolé, tous les moines succéssifs y seront enterrés et le moine Germain y sera canonisé. L’église s’appellera alors Saint germain.

Quel est l’état de l’église pendant la révolution ?

Pendant la révolution l’Abbaye est dépouillée et transformée par l’armée révolutionnaire en usine à Salpêtre utilisé pour fabriquer de la poudre à canon. Seulement une nuit un incendie ravageur détruit la fameuse bibliothèque de l’Abbaye. A la fin de la révolution l’église est en piteux état, elle est délabrée par la corrosion de la poudre à canon, elle n’est plus qu’un terrain vague, il n’y a plus de fenêtres, plus de mobilier. La nef est au bord de la ruine ; Se pose alors la question de la démolition de l’église.

C’est alors que Victor Hugo jeune paroissien engage une campagne de sauvegarde de l’église, aidé par l’architecte Baltard et Hyppolite Flandrin, élève d’Ingres, qui fut chargé de l’entière décoration des lieux. C’est ainsi que l’église fût sauvée de la ruine.

Depuis y a t’il eu d’autres campagnes de restauration ?

Récemment l’église a lancé une campagne de financement participatif intitulée « Devenez la bonne étoile de Saint Germain des prés ».

Une initiative de paroissiens, d’habitants du quartier, d’amoureux de l’abbaye qui ont décrochés plus de 5000 étoiles qui brillent aujourd’hui sous la nef centrale. Des étoiles/ anges gardiens adoptées par plus de 650 donateurs et qui font le bonheur de leurs parrains et marraines.

La campagne a été un véritable succès et a récolté 130 000 euros.

 

Selon vous quelle est l’importance de l’église dans un quartier.

Une église n’est pas seulement un lieu de culte c’est aussi un espace de recueillement, coupé de la ville, des tracas du quotidien. C’est un lieu où il est permis de s’oublier, où l’on ne pense plus au matériel, mais à soi à son bien être, à des aspirations bien plus grandes que celles de tous les jours. L’Homme a besoin de spiritualité. On ne peut pas vivre que d’argent ou de culture il est nécessaire d’avoir un lieu ou l’on peut « faire une pause » et se retrouver face à l’essentiel : la vie.

Ou prenez vous votre café ?

Je n’ai pas beaucoup de temps pour prendre le café. En général mes adresses se situent aux alentours de l’église. J’aime saluer les commerçants, prendre de leurs nouvelles. A saint Germain tout le monde se connaît. Je prends mon café au Bonaparte, j’achète les livres à l’écume des pages, ou à la librairie géographique.

Lorsque les beaux jours arrivent j’aime écouter le jazz qui est en lien étroit avec l’église, surtout pendant le festival du jazz. Aussi depuis deux ans le palais abbatial au mois d’août accueille « l’été saint germain » un café éphémère où l’on vient pour se détendre écouter de la musique, manger un morceau.

Pour vous où commence et où se termine Saint Germain ?

Mes limites respectent le découpage administratif de la paroisse de Saint germain des prés.

Pour moi Saint Germain commence dès la place Fürstenberg , puis la rue des écuries, la rue Jacob, rue Cardinale, rue de l’Echaudée, rue Saint Benoit, la rue des Saint pères , il se prolonge par le  boulevard Saint Michel, en passant par la Seine, la rue Dufour et se termine par le Boulevard Saint Germain.

Pour vous Saint Germain en un mot : Lumière.

 

FacebookTwitterGoogle+Pinterest

Commentaires Facebook

ARTICLES DE LA MEME CATEGORIE

2022

2295

Espace de discussion: Vos commentaires

Laisser une réponse